Sylvain Luc

Actus
SYLVAIN LUC

SYLVAIN LUC

Né en 1965 à Bayonne, Sylvain Luc découvre la guitare à 4 ans, avant d’étudier le violon et le violoncelle pendant 10 ans au conservatoire de Bayonne. Et bien sûr la guitare classique, qu’il détourne, débauche vers le jazz, sa passion.. En 1988, il s’installe « sous le ciel » de Paris et devient arrangeur, compositeur et accompagnateur de nombreux artistes de variété (Catherine Lara, Michel Jonasz, Al Jarreau…), tout en conservant un pied dans le jazz en qualité de bassiste du trio de Richard Galliano et en tant que guitariste avec Eric Le Lann.

Dès lors les rencontres de Sylvain ne cessent de croître. Elles lui permettent de travailler avec une multitude d’artistes, comme Wynton Marsalis, Steve Gadd, Lokua Kanza, Michel Legrand, Elvin Jones, Dee Dee Brigewater, Manu Katché, Stéphane Belmondo, Michel Portal, Bobby Thomas JR, Andy Sheppard, Alain Caron, Bernard Lubat, Steve Lukather, Keyvan Chémirani, Victor Bailey, Larry Coyrell, Al Di Meola, Didier Lockwood, John Mc Laughlin, Billy Cobham, Richard Bona…entre autres.

En 1993 il devient l’ambassadeur des guitares GODIN à travers le monde. À partir de ce moment, Sylvain multiplie les rencontres et enregistre en France comme à l’étranger.
« Piaia », son premier album, sort en 1993, suivra l’année d’après « Petits Déjà » en duo avec son ami de longue date Louis WINSBERG.
« Ameskeri », album duo avec Stéphane Belmondo, sort en 1999. En 2000, il enregistre l’album « Duet » avec Biréli Lagrène qui se vendra en un temps record à près de 100 000 exemplaires. « Summertime » paru en 2009 prend le même chemin.
En compagnie d’André Ceccarelli et de Jean-Marc Jafet, ils fondent le célèbre Trio Sud et enregistrent leur premier album en 2000. Le groupe obtient la « victoire de la musique jazz » en tant que formation de l’année en 2003, suite à la sortie de leur second album « Sylvain Luc Trio Sud » en 2002. Suivra un autre opus, « Young and Fine » sorti début 2008.
En 2000 sortent également deux autres albums. « Nahia » avec ses frères, Gérard et Serge, et « Piaia Naia » avec le talentueux Francis Lassus. En 2003 « Ambre », album solo, 10 ans après Piaia. Il se produit dans de très nombreux pays d’Europe, et d’Amérique du Sud
En 2006/2007 il sillonne les routes de France et d’Europe aux cotés d’artistes tels que Michel Portal, Eric Longsworth, Olivier Ker Ourio, Jacky Terrasson ou Pascal Rey, suite à la sortie de son album « Joko » en 2006. Janvier 2007 il est convié pour représenter la France aux cotés de Didier Lockwood & Richard Galliano par l’IAJE de New York (International Agency for Education of Jazz). Sur cette note, Sylvain enchaîne une série de concerts Solo, d’un mois et demi, dans le cadre de l’ International Guitar Night (IGN) aux Etats-Unis et au Canada.
En 2008 on le retrouve dans la formation « String Quartet » avec Didier Lockwood, Victor Bailey et Billy Cobham. La même année il remporte le Django d’Or en tant que musicien confirmé.

Après la sortie de son double album solo "Standards" en 2009, Sylvain reçoit le Grand Prix Jazz de la SACEM en décembre 2010, et c’est Michel Legrand qui lui remet, en janvier 2011, le prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz.

En septembre 2011, Sylvain sort un nouvel album avec Thierry Eliez et André Ceccarelli, "Organic". La Salle Pleyel le convie pour une carte blanche, avec Richard Bona ou Bireli Lagrène en invités.

En octobre 2013, il publie « Souvenirs d’enfances » : petites digressions musicales autour des chansons de notre enfance où Sylvain nous fait redécouvrir la richesse musicale de ces comptines et fait avec intelligence un pont entre « l’enfant » et « l’adulte ».

Il présente, fin 2014 au Café de la Danse à Paris, son dernier projet avec Stefano di Battista, Pierre François Dufour, et Daniele Sorrentino « Giu’ La Testa ». Ils y revisitent les musiques de films d’Ennio Morricone, de Michel Legrand ou encore de Nino Rota.

Début 2015, Sylvain Luc sort un nouvel album « La Vie en Rose », en duo avec Richard Galliano : un hommage à Edith Piaf et Gus Viseur.

Sylvain Luc, qui a rencontré Luis Salinas lors d’une tournée en Amérique du Sud, l’invite à partager la scène des festivals d’été 2016. Création qui mélangera leurs univers, avec à leur côté le batteur André Cecacrelli et le bassiste Rémi Vignolo.

En 2019, à l’occasion des 20 ans de son album "Ameskeri", réalisé avec Stéphane Belmondo, le duo repart en tournée exceptionnelle.
Sylvain développe également une nouvelle formation parallèle, dédiée à l’improvisation entre les musiques classiques et jazz, avec la guitariste classique Marylise Florid.

Sylvain Luc & Stéphane Belmondo

Sylvain Luc & Stéphane Belmondo

2.O nouvel album !

Vingt ans après leur premier disque en duo, Ameskeri, multi‐récompensé, le trompettiste Stephane Belmondo et le guitariste Sylvain Luc récidivent, à merveille.
Les deux flibustiers d’un jazz épris de liberté témoignent, avec l’intimiste 2.0, de la maturité acquise au cours de leurs riches parcours respectifs, mais aussi d’une jouvence préservée (...) Quand on prête l’oreille à 2.0, on est frappé par la télépathie qui relie Stephane et Sylvain à la manière d’un fil invisible. Ameskeri était complètement improvisé. Le disque 2.0 comprend, lui, six compositions du guitariste, trois du trompettiste et bugliste, deux reprises, sans oublier trois pièces – notamment le morceau éponyme – basées sur l’improvisation, corne d’abondance à laquelle ils aiment puiser.
Stephane Belmondo fait valser les étiquettes tout aussi allègrement. Pris sous son aile par Chet Baker en 1985, il a remporté, avec son frère Lionel Belmondo, le prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz 1994, peu avant d’aller s’installer à New York (1995). Il vit à fond les folles vibrations de la Mecque du jazz et, entre autre, se produit au Carnegie Hall aux côtés de Dee Dee Bridgeweter. Revenu en France, il publiera en 2003 son incandescent Hymne au Soleil, puis enregistrera avec Yusef Lateef, Milton Nascimento…
Lauréat du prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz 2010, Sylvain Luc a collaboré avec des personnalités artistiques aussi différentes que Michel Legrand, Michel Jonasz, Didier Lockwood, Billy Cobham, Al Jarreau, Richard Galliano, Michel Portal, Bernard Lubat, Richard Bona, la guitariste classique Marylise Florid, le maâlem gnaoua Abdeslam Alikane… En 2001, son album Trio Sud, gravé avec Jean‐Marc Jaffet et André Ceccarelli, illustrait déjà ce refus des barrières qui toujours le guidera.
L’un et l’autre ont accompli un chemin remarquable. Leur boussole commune : une ouverture d’esprit qui les oriente volontiers vers l’inconnu, vers le défi qui incite à se surpasser.
Avec 2.0, les frères de swing nous réservent des surprises. Si Ameskeri était entièrement acoustique, le guitariste a choisi, ici, d’élargir sa palette en recourant à des effets. Il possède la vertu d’instiller, dans l’électro, comme de l’air et de la chair. Du mystère, aussi, à l’instar de sa composition It’s real, où l’on perd peu à peu le nord : on a la sensation d’arpenter une contrée imaginaire, quelque part dans un Orient que la trompette attise délicatement et empourpre de jazz.
Qui aurait imaginé entendre aujourd’hui Stephane Belmondo à l’accordéon (son premier instrument) ? C’est son offrande aux mélomanes, dans Un homme dans la ville, tiré de la BO conçue par Philippe Sarde pour le film Mort d’un Pourri (de Georges Lautner, 1977). D’Un homme dans la ville, Stephane Belmondo nous livre à l’accordéon la substantifique moelle – la pureté de la mélodie –, en totale osmose avec la dentelle que tisse Sylvain Luc à la guitare, selon le même dépouillement.
Par l’espèce de manque qui est suscité en nous, et qui contraste avec la densité de leur jeu, notre attention se tend pour ne pas perdre une goutte de ce miel. Et l’on ressent quelque chose d’un doux vertige. Tout au long de 2.0, les deux humbles virtuoses étonnent, enchantent. Ils prodiguent la plénitude d’un art rigoureux et généreux.
Fara C.

« Dans ce disque en duo dominé par d’excellentes compositions originales, on adore cette reprise d’un standard de Stevie Wonder à la mélodie poignante et irrésistible »
JAZZ MAGAZINE
« On ne présente plus Stéphane Belmondo et Sylvain Luc, tant ces deux musiciens extraordinaires ont marqué leur temps et sont considérés comme le meilleur trompettiste et le meilleur guitariste de leur génération »
LA VOIX DU NORD

« En osmose parfaite, ils cheminent avec virtuosité entre rigueur et générosité, densité et légèreté, élégance et improvisation »
LA GAZETTE

En collaboration avec V.O Music

Sylvain Luc & Bireli Lagrene DUO

Sylvain Luc & Bireli Lagrene DUO

20 Ans !

C’est une invitation entre amis, pour un de ces moments précieux où se racontent des histoires, des souvenirs, des avenirs entre ces deux génies de la guitare. Où les enfants du jazz, de la pop, des chansons d’ici sortent naturellement les guitares pour mettre un peu d’art dans la bande son.

A deux, ils racontent des histoires, des souvenirs, des avenirs. Liberté et espace, la formule acoustique offre à Biréli Lagrène et Sylvain Luc le territoire idéal de leur transcendance de la guitare. Étourdissants, étincelants, ces improvisateurs hors pair devaient se rencontrer.

Sur scène, le duo explore ses affinités, ses correspondances. Ensemble, ils élaborent un répertoire puisé dans leur éclectisme et mémoire collective. Subtilités harmoniques, raffinements rythmiques, croisement de percussions, de chorus de ping-pong.

Puisant avec la même aisance dans le répertoire jazz ou dans celui de la pop, Biréli Lagrène et Sylvain Luc multiplient les improvisations les plus audacieuses, empreintes de liberté et de générosité.

Line up : Sylvain Luc (guitare), Biréli Lagrène (guitare)


La Presse en Parle...

"Deux des plus brillants guitaristes actuels, tous styles confondus". Le Monde

il faut voir comment les deux instrumentistes apprivoisent et s’approprient les mélodies via un langage commun qui reflète d’abord (mais pas seulement) leur maîtrise technique. Jazz Magazine

Sylvain Luc et Biréli Lagrène déploient les ailes de leur génie sur les compositions de Lennon, Stevie Wonder, Petrucciani, Brassens, Benny Goodman... avec une incroyable dextérité : une sublime incarnation de la grâce et de l’expressivité. Le Progrès

Plus de simplicité, vous ne trouverez pas. Plus de musique, non plus. Plus étrange familiarité, encore moins, car - c’est là le coup de force du répertoire et de la construction de l’album - on croit tout reconnaître de ce qu’on croit entendre pour la première fois au monde. Comme le jazz, autrefois ? Comme le jazz. Francis Marmande - Le Monde

Duet absolument magique qui va régaler tous les amoureux de la guitare et du jazz tant l’échange entre les deux musiciens est exceptionnel de vivacité et de pureté. Un disque accessible à tous, puisque les deux compères improvisent sur des airs connus, de Miles Davis, de Stewie Wonder avec en prime Looking up de. Michel Petrucciani ou Les amoureux des bancs publics de l’ami Georges ou encore Blackbird de John Lennon, sans oublier quelques compositions de leur cru... Ca enchante les oreilles. LE BERRY Républicain

Sylvain Luc et Biréli Lagrène sont deux guitaristes passionnants. (…)
Avec une aisance stupéfiante, et l’évidence des choses qui "vont sans dire", ils se promènent sur un répertoire éclectique qui va de Time after Time de Cindy Lauper à Syracuse d ’Henri Salvador, en passant par Les Amoureux des bancs publics de Georges Brassens et Isn ’t she Lovely de Stevie Wonder. La Croix

En collaboration avec V.O Music

Pas d'article

Pas de musique

Bireli Lagrene & Sylvain Luc- Isn’t She Lovely

Meeting with Sylvain Luc Part 1/2

Sylvain Luc & Richard Galliano

Carte Blanche à Sylvain Luc ...

Sly Johnson, Les Frères Chemirani, Stéphane Belmondo, Lionel Suarez

Sylvain Luc & Marylise Florid

Dolinda - D’une Rive à l’Autre

Sylvain Luc & Stéphane Belmondo - Live à Fip

L’Ecoute