Sylvain Luc

Actus
SYLVAIN LUC

SYLVAIN LUC

Né en 1965 à Bayonne, Sylvain Luc découvre la guitare à 4 ans, puis le violon et étudie le violoncelle pendant 10 ans au conservatoire de Bayonne. En 1988, il s’installe « sous le ciel » de Paris et devient arrangeur, compositeur et accompagnateur de nombreux artistes de variété (Catherine Lara, Michel Jonasz, Al Jarreau…), tout en conservant un pied dans le jazz en qualité de bassiste du trio de Richard Galliano et en tant que guitariste avec Eric Le Lann.

Dès lors les rencontres de Sylvain ne cessent de croître. Elles lui permettent de travailler avec une multitude d’artistes, comme Wynton Marsalis, Steve Gadd, Lokua Kanza, Michel Legrand, Elvin Jones, Dee Dee Brigewater, Manu Katché, Stéphane Belmondo, Michel Portal, Bobby Thomas JR, Andy Sheppard, Alain Caron, Bernard Lubat, Steve Lukather, Keyvan Chémirani, Victor Bailey, Larry Coyrell, Al Di Meola, Didier Lockwood, John Mc Laughlin, Billy Cobham, Richard Bona…entre autres.

En 1993 il devient l’ambassadeur des guitares GODIN à travers le monde. À partir de ce moment, Sylvain multiplie les rencontres et enregistre en France comme à l’étranger.
« Piaia », son premier album, sort en 1993, suivra l’année d’après « Petits Déjà » en duo avec son ami de longue date Louis WINSBERG.
« Ameskeri », duo tout en douceur, avec Stéphane Belmondo sort en 1999. En 2000, il enregistre l’album « Duet » avec Biréli Lagrène qui se vendra en un temps record à plus de 70 000 exemplaires. « Summertime » paru en 2009…prend le même chemin.
En compagnie d’André Ceccarelli et de Jean-Marc Jafet, ils fondent le célèbre Trio Sud et enregistrent leur premier album en 2000. Le groupe obtient la « victoire de la musique jazz » en tant que formation de l’année en 2003, suite à la sortie de leur second album « Sylvain Luc Trio Sud » en 2002. Suivra un autre opus, « Young and Fine » sorti début 2008.
En 2000 sortent également deux autres albums. « Nahia » avec ses frères, Gérard et Serge, et « Piaia Naia » avec le talentueux Francis Lassus. En 2003 « Ambre », album solo, 10 ans après Piaia. Il se produit dans de très nombreux pays d’Europe, et d’Amérique du Sud
En 2006/2007 il sillonne les routes de France et d’Europe aux cotés d’artistes tels que Michel Portal, Eric Longsworth, Olivier Ker Ourio, Jacky Terrasson ou Pascal Rey, suite à la sortie de son album « Joko » en 2006. Janvier 2007 il est convié pour représenter la France aux cotés de Didier Lockwood & Richard Galliano par l’IAJE de New York (International Agency for Education of Jazz). Sur cette note, Sylvain enchaîne une série de concerts Solo, d’un mois et demi, dans le cadre de l’ International Guitar Night (IGN) aux Etats-Unis et au Canada.
En 2008 on le retrouve dans la formation « String Quartet » avec Didier Lockwood, Victor Bailey et Billy Cobham. La même année il remporte le Django d’Or en tant que musicien confirmé.

Après la sortie de son double album solo "Standards" en 2009, Sylvain reçoit le Grand Prix Jazz de la SACEM en décembre 2010, et c’est Michel Legrand qui lui remet, en janvier 2011, le prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz.

En septembre 2011, Sylvain sort un nouvel album avec Thierry Eliez et André Ceccarelli, "Organic", qu’il présente à la Salle Pleyel avec Richard Bona et Bireli Lagrène en invités.

En octobre 2013, il publie « Souvenirs d’enfances » : petites digressions musicales autour des chansons de notre enfance où Sylvain nous fait redécouvrir la richesse musicale de ces comptines et fait avec intelligence un pont entre « L’enfant » et « l’adulte ».

Il présente, fin 2014 au Café de la Danse à Paris, son dernier projet avec Stefano di Battista, Pierre François Dufour, et Daniele Sorrentino « Giu’ La Testa ». Ils y revisitent les musiques de films d’Ennio Morricone, de Michel Legrand ou encore de Nino Rota.

Début 2015, Sylvain Luc sort un nouvel album « La Vie en Rose », en duo avec Richard Galliano : un hommage à Edith Piaf et Gus Viseur.

Sylvain Luc, qui a rencontré Luis Salinas lors d’une tournée en Amérique du Sud, l’invite à partager la scène des festivals d’été 2016. Création qui mélangera leurs univers, avec à leur côté le batteur André Cecacrelli et le bassiste Rémi Vignolo.

Sylvain Luc & Luis Salinas feat André Ceccarelli & Rémi Vignolo

Sylvain Luc & Luis Salinas feat André Ceccarelli & Rémi Vignolo

CREATION

"C’est l’histoire d’un homme amoureux d’une guitare. Il fait corps avec elle, en tire des sons, des frissons inouïs, à croire qu’ils inventent ensemble de nouvelles notes et frôlent l’accord parfait. C’est l’histoire d’une rencontre avec un autre guitariste de jazz, Argentin : Luis Salinas et sa guitare acoustique, parfois électrique, dans un duo jazz éclectique."

Line up :
Sylvain Luc : Guitare
Luis Salinas : Guitare
André Ceccarelli : Batterie
Rémi Vignolo : Basse

Sylvain Luc & Richard Galliano

Sylvain Luc & Richard Galliano

Nouveau Projet : Hommage à Edith Piaf et Gus Viseur

Nouvel album "La Vie en Rose" - Sortie le 26 janvier 2015

"Le projet était à la fois simple et périlleux car les musiques de Gus Viseur et d’Edith Piaf sont tellement connues ! Comment les faire vivre au présent en apportant une nouvelle émotion ? La poésie et la virtuosité des deux musiciens ont créé une alchimie qui a rendu leur interprétation très actuelle et sensible. Sylvain est en permanence en alerte et il semble que plus rien ne passe par la réflexion... Ses doigts courent plus vite qu’on ne peut l’imaginer. Tout cela en ne quittant pas des yeux Richard qui, à un mètre de lui, danse et sourit en tenant cet instrument qui semble faire partie de son corps."
Gérard de Haro, ingénieur du son

"Ces deux artistes Edith Piaf et Gus Viseur ont quelque chose en commun : une dimension d’amour au cœur de leur art.
Ce sont ces chemins que nous avons voulu suivre avec Sylvain. La pudeur, l’écoute de l’autre... Certes en se lançant des défis, mais sans aucun piège, aucune compétition, aucune surenchère instrumentale déplacée, aucun exhibitionnisme... Nous sommes restés en permanence au service l’un de l’autre, en dialogue constant sur ce répertoire."
Richard Galliano

"Nous avons enregistré chaque morceau sur une ou deux prises, guidés par l’intuition prompte, légère de ce que nous voulions y mettre. Cette spontanéité a bénéficié en fait de tous nos voyages respectifs. Nous avons enrichi ces thèmes de nos parcours respectifs, notre vue musicale ayant évolué au gré des rencontres qui nous ont fait avancer."
Sylvain Luc

(en accord avec Ginga Productions)

Sylvain Luc et Stefano Di Battista

Sylvain Luc et Stefano Di Battista

Deux virtuoses, deux maîtres incontestés de leurs instruments, deux sublimes talents.

Une guitare charmeuse, un saxophone lyrique. Sylvain Luc est l’un des plus brillants guitaristes actuels, aventurier aux subtilités harmoniques et raffinements rythmiques reconnus. Stefano di Battista, brillant, impétueux et généreux, insuffle tempos casse-cous et neo-bop volubile.
Depuis des années, qu’ils se croisent sur les scènes françaises et internationales, les deux solistes avaient envie de monter ensemble sur scène. Accompagnés par une rythmique américaine, la rencontre de ces deux leadeurs promet de faire des étincelles .

Line up : Stefano di Battista : saxophone - Sylvain Luc : guitare - Daniele Sorrentino : basse - Pierre-François Dufour : batterie

Sylvain Luc-André Ceccarelli-Thierry Eliez

Sylvain Luc-André Ceccarelli-Thierry Eliez

Organic

Sylvain LUC - Thierry ELIEZ - André CECCARELLI - Album "Organic"

Tout petit déjà… Sylvain Luc a commencé la musique par le bon bout. Celui des bals de village où les pieds qui virevoltent ont la même importance que les oreilles. Celui du chant vécu comme centre de gravité. Celui du jeu qui ne se donne pour seule règle que l’imprévu de l’improvisation.

Qu’il aborde Maité par la face sud ou D’Ici d’en Bas par la face ouest, Sylvain Luc ne joue pas plus de la guitare que du jazz. Il joue. Point barre. Même chose lorsqu’il rappelle André Ceccarelli et renoue avec Thierry Eliez : il les considère comme des camarades de joutes, de rires, de pièges, de cour de récréation.

Le garçon a la bougeotte. Sud – avec Jean-Marc Jafet et Dédé Ceccarelli – est le seul groupe stable auquel il ait appartenu jusqu’ici. Lorsqu’il reçut le Prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz en janvier 2011 (récompensant « LE » jazzman de l’année en France), Michel Legrand rappela comment il avait repéré immédiatement un talent unique chez le guitariste qui venait d’enregistrer son premier album, « Piaia », en 1993 : « un lyrique et un imaginatif hors normes, très en avance sur sa génération ». Avec à chaque étape, moins l’envie de nous surprendre que celle de se surprendre soi-même. Car sous une apparence de virtuosité Sylvain Luc cache une sensibilité à fleur de peau. « Plus j’avance, confie-t-il, plus je cherche à contourner la virtuosité par l’épure. J’adore réduire une harmonie à une basse, avec deux notes au maximum pour davantage suggérer et laisser de l’espace à l’imaginaire. Aujourd’hui, je me méfie de mes doigts, je me refuse à être victime de ma virtuosité. »

Avec ses deux amis, Thierry Eliez et André Ceccarelli, Sylvain Luc joue sur des parfums de madeleine. Celle de l’enfance avec le pianiste basque, celle d’un mentor pour le batteur niçois. Pas étonnant que le guitariste ait choisi de conclure l’album sur un duo avec le pianiste : à leurs débuts, on a souvent comparé Sylvain Luc et Thierry Eliez. Même génération, même origine du côté des embruns pyrénéens, mêmes facilités de surdoués précoces. Avec le danger qui guette les caméléons. Il faut très vite affirmer des choix. Aussi, s’ils ont tous deux « fait le métier », en se mettant au service de dizaines d’autres instrumentistes et vocalistes, cela n’a duré que six ans pour Sylvain Luc, qui a pu affirmer une « signature », une lisibilité, très tôt. Juste après le temps de l’éclosion.

« Ce qui me fascine chez Dédé Ceccarelli, précise Sylvain à propos de son « vieux » complice du Trio Sud, c’est qu’il est en constante évolution. Il est de la génération qui me précède et sa carrière est une leçon d’exigence. Il s’est toujours confronté à de jeunes musiciens. Il est terriblement « présent ». C’est un éternel jeune homme, toujours à l’affût, totalement passionné. Parfois, j’ai l’impression qu’il fait tellement partie du paysage que l’on ne s’en aperçoit plus… » Ces garçons ont exactement la même idée de ce pourquoi la musique est nécessaire. Sous le chant, la danse rode. Un esprit de fête qui semble bien être dans la nature profonde de Sylvain Luc.

Sylvain Luc et les frères Chemirani

Sylvain Luc et les frères Chemirani

Sylvain Luc - Keyvan et Bijan Chemirani

Lorsque le guitariste basque rencontre les deux percussionnistes Iraniens la parole est déjà là : c’est un langage universel fait d’harmonie et de pulsation. La musique comme un carnet de voyage nous dévoile un ailleurs fait d’héritages, de rencontres et de rêves.

"Sur l’île radieuse de Porquerolles, Sylvain Luc a mêlé ses racines basques, son érudition jazz et son inspiration nomade à la subtile science rythmique de Keyvan et Bijan Chemirani, ainsi qu’à la maestria du trompettiste Stéphane Belmondo. Jazz à Porquerolles cultive avec le plus grand goût les rencontres inattendues." Fara C. ’L’Humanité’

Sylvain Luc & Richard Galliano

Estivales en Savoie, Chambery

le mardi 11 juillet 2017

Sylvain Luc & Richard Galliano

Les jardins de Notre Dame du Brusc, Chateauneuf

le lundi 24 juillet 2017

Sylvain Luc & Richard Galliano

Ginga Productions, Kiel

du jeudi 17 août 2017 au vendredi 18 août 2017

Sylvain Luc / Frères Cheminari

Le manège à ONEX

le mercredi 18 octobre 2017

Sylvain Luc et marylise Florid

Centre Culturel Albert Camus à Issoudun

le vendredi 3 novembre 2017

Sylvain Luc / Frères Chemirani

Jazz A JUAN à Juan les pins

le samedi 20 octobre 2018

Pas de musique

Bireli Lagrene & Sylvain Luc- Isn’t She Lovely

Meeting with Sylvain Luc Part 1/2

Sylvain Luc & Stefano Di Batttista - Live Jazz à Sète 2013

Sylvain Luc & Richard Galliano

nos artistes