Ernesto "Tito" Puentes

Actus
Ernesto "Tito" Puentes

Ernesto "Tito" Puentes

« C’est la terre la plus belle que les yeux d’un homme n’ont jamais vue » s’exclamait Christophe Colomb lorsqu’il découvre Cuba en 1492. C’est au cœur de ce pays qu’Ernesto Tito Puentes voit le jour en 1928, dans une famille de musiciens.

Dans ce pays où la musique est aussi présente qu’exubérante, le jeune Ernesto que l’on appelle le plus souvent « Tito » est tout de suite plongé dans un bain de sonorités cuivrées. Mais c’est entouré de ses deux oncles trompettistes qu’il va parfaire sa culture musicale, avec pour première trompette, un cornet bricolé.

Dans le Cuba des années 40, la musique est partout. Tito exerce ses talents et fait danser le peuple de Santiago de Cuba. Travaillant jusqu’à 16 heures par jour pendant deux ans pour répondre présent à la convocation du légendaire Arsenio Rodriguez (« l’aveugle merveilleux »), il enrichit son style de diverses influences.

Si Tito reste fier de ses racines cubaines, il s’intéresse également au jazz, se produit dans de nombreux clubs et multiplie les rencontres.
« Quand j’ai fait du jazz, mes compatriotes me disaient que je n’étais plus cubain, mais jazzman. Aujourd’hui on me dit salsero… Et je préfère le terme musique afro-cubaine plutôt que salsa qui me semble quelque peu impropre mais surtout qui est un terme inventé par les américains… […] Moi, je dis que je suis musicien. J’essaie d’intégrer dans ma musique des influences européennes et africaines… Ma musique est plurielle. »

Ernesto Tito Puentes quitte son pays natal pour une tournée d’un an qui doit se déployer en Europe, au Moyen Orient et au Liban, et débarque en France.

Le sort voulu que l’organisateur de cette tournée n’avait pas l’étoffe d’un producteur et dans la mesure où il n’avait pas non plus d’état d’âme, il oublia ses obligations en laissant les musiciens tous aussi désemparés que désargentés. Ces derniers choisirent de s’installer au hasard dans différents pays, en Allemagne, en Norvège, en Italie ou aux Etats-Unis.

Tito choisit la France, un peu par hasard car il n’en connaissait réellement que l’épisode de la Révolution française et les chansons de Charles Trenet…
Tito se fait un nom au sein des musiciens parisiens et rapidement, le Paris huppé s’éprend de ces rythmes chaloupés.
Et même avec l’arrivée dans les sixties de la bossa-nova, les musiciens cubains restent des références dans les formations françaises de variété.
Durant les années soixante-dix, Ernesto Tito Puentes enchaine les contrats avec Sylvie Vartan, Michel Delpech, Claude François, Eddy Mitchell ainsi que Joe Dassin, artiste pour lequel il garde encore aujourd’hui une affection toute particulière.

Il fait aussi partie de l’orchestre de l’Olympia, à l’époque où la salle de spectacle mettait un orchestre à la disposition des artistes qui venaient s’y produire, les temps ont bien changé…

En 1980, il fonde Los Salseros, un des tous premiers groupes salsa en France, et est heureux de l’intérêt que suscite en Europe depuis quelques années le « son », style caractéristique de son Oriente natal (à l’Est de Cuba). C’est 15 ans plus tard que le « son » prendra réellement son envol avec Compay Segundo et le Buena Vista Social Club.
Tito était ainsi devenu le trompettiste que le tout Paris musical s’arrachait pour les séances d’enregistrement mais aussi pour les concerts.
Pendant quelque temps, il fut le chef d’orchestre et l’arrangeur d’un énorme big band dans l’émission “Salut Manu” dont l’initiateur de l’émission n’était autre que Manu Dibango.
Manu Dibango et Tito, qui sont presque de la même génération se vouent encore aujourd’hui une admiration mutuelle qui se ressent dans une complicité évidente.

En 1995, Tito réunit des compagnons de route qu’il avait rencontré au gré des tournées pour créer son propre big band, un rêve qui lui trottait dans la tête depuis plusieurs années.

Une formation incroyable, composée de 20 musiciens issus de Cuba, du Venezuela ou de Colombie, se mélange à la fine fleur des musiciens français.
Un big band où Tito peut composer à son envie, jouer mais aussi offrir des tremplins à de jeunes musiciens et surtout prendre du plaisir à diriger une machine cuivrée soutenue par une rythmique implacable.

GRACIAS

GRACIAS

Nouvel album, GRACIAS, sortie le 23 octobre 2012

Exactement 60 ans après que Tito ait posé ses valises à Paris, il reconnaît avec un plaisir non dissimulé que la France est devenue son pays d’adoption. Il voue à ce territoire qui lui a permis de faire la carrière qu’on lui connaît une reconnaissance immuable. Pour fêter cet événement, il a décidé de repartir sur les routes durant toute la saison 2012/2013 afin de rendre hommage à la France pour une tournée de remerciements intitulée GRACIAS.

Ce GRACIAS sonne comme un merci à la France, mais aussi à toutes les aventures qu’il a pu vivre dans ce pays. C’est aussi le titre éponyme d’un nouvel album à paraître le 23 octobre 2012.
Tito a participé à la plupart des compositions des titres de ce nouvel album, et il a sollicité Guillaume Naturel et Geoffrey Secco, deux saxophonistes du big band pour composer certains titres avec lui.
Et puisque cet album est un hommage, il semblait évident à Tito d’inviter deux de ses amis à se joindre à cet album : Manu Dibango, le frère de route, qui intervient sur Aguanana, un morceau aux racines africaines agrémenté de tambours bata, et le pianiste Mario Canonge sur Las 3.

Sa rencontre avec le jeune trompettiste Ibrahim Maalouf lors d’un concert au New Morning lui donna l’idée de mélanger dans Siempre Siempre, le son et le souffle du trompettiste libanais avec la musique latine. Un cocktail étonnant qui apparaît comme une incroyable évidence et le symbole d’un brassage musical dans lequel Tito s’est toujours reconnu.
Avec ce clin d’œil au Liban, Tito « bouclait la boucle » de cette tournée catastrophe commencée en 1950 qui aurait pu s’achever dans les larmes et qui apparait comme la belle histoire de sa vie.

Musicien surdoué, trompettiste virtuose, le plus français des cubains est un artiste colossal à la renommée internationale qui totalise plus de 200 albums à son actif comme artiste interprète ou soliste. Tito qui affiche une jeunesse éternelle, continue d’offrir des concerts renversants, dirige sa formation avec une évidente délectation et continue à jouer de sa dualité franco-cubaine pour séduire le public.

Le plus parisien des cubains revient pour dire GRACIAS à tous ceux qui le connaissent et à ceux qui le découvriront.

Ernesto Tito Puentes

Théâtre Claude Debussy à Maisons-Alfort (94)

le vendredi 23 mai 2014

Gracias (extrait), Album GRACIAS, 2012

Soy Guajiro, extrait de l’album VICTORIA, 2007

Ernesto Tito Puentes

Ernesto Tito Puentes - Las Tres (Festival Fiesta des Suds)

Pas d'article

nos artistes