Parallel Worlds

Parallel Worlds

Les mélodies sont peaufinées, les thèmes affirmés, la "patte" cinématographique approfondie, le répertoire sculpté au diamant. Pour dérouler la belle histoire en huit titres, un combo lié par une forte complicité amicale et musicale, qui ne négocie jamais avec la qualité d’interprétation et doté d’une maîtrise instrumentale impressionnante.

Le drumming confondant en course poursuite à la Bullit sur rock/pop/jazz complexes et précis de Martin Wangermée, soutenu en binôme par le doué
Swaéli Mbappé en digne héritier de son père. Les goûts sûrs du
trompettiste Camille Passeri pour la création des espaces. Les
accords veloutés et motifs obsédants de Joran Cariou. Pour
ciseler la beauté du propos, le casting se parfait avec les cordes
soyeuses de Marie Jouis et Guillaume Latil ou encore la voix
singulière de Bastien Picot.
En conteur d’une épopée, Anthony Jambon déroule avec
Parrallel Worlds des compositions généreuses, une précision
d’écriture, des chorus riches, un sens aigu de l’équilibre et de la
nuance, des trouvailles innombrables, un raffinement à
l’extrême, des ruptures rythmiques pour mieux mettre sous
tension, des plages d’improvisa4on et des mélodies d’une
beauté lumineuse.
Pour les coeurs qui battent la chamade entre It’s for You de Pat
Metheny/Lyle Mays et Dodge the Dodo d’EST, La musique
jaillissante, chaleureuse, empreinte d’émotion et d’une
sensibilité hors-norme de Parrallel Worlds est pour vous, gravée
dans son époque… Belle.